Retour à Places, sites et monuments
Un écrin qui met en valeur toute exposition
Pont de Colagne    Eglise Saint-Romain    Fresques du Sacré-Cœur   Dolmen de la Fare
Construite au milieu du XIème siècle, Saint-Jean Baptiste, modeste bâtiment, cruciforme à l'intérieur, église paroissiale de Chirac très certainement avant Saint-Romain, fit l'objet d'une donation en 1155 à l'abbaye Saint-Victor de Marseille, puis devint la chapelle du château d'Entraygues.

Desservie par trois chapelains, elle jouissait de revenus énormes pour l'époque. Le seul legs Michel Chabiou du 30 septembre 1355 lui attribuait maisons, jardins, vignes, champs, bois, pâtures et métairies..

Les consuls de Chirac nommaient aux trois chapellenies (bénéfices d'un chapelain), mais l'institution de Saint-Jean l'Evangéliste et de saint-Jean Baptiste appartenait aux religieux du Monastier, celle de sainte Catherine au curé de Chirac.

A plusieurs reprises ravagée et la dernière fois par les huguenots lors des guerres de Religion, elle fut reconstrute en gothique moderne à partir de 1616, et, vers 1700, le chapelain Louis Rousset faisait encore relever la voûte. Cette restauration incita le 30 novembre 1704 le Conseil Politique de la ville à prendre la décision de s'y réunir désormais selon les anciennes coutumes. Seule la Révolution de 1789 mettra fin à cette tradition.

Rénovée en 1867 sur l'initiative d'Urbain Malaval, curé de la paroisse, l'église, rendue au culte célébré occasionnellement jusqu'au début du XXème siècle, sombra par la suite dans l'oubli le plus profond.

En 1974, Saint-Jean sortira enfin de cet exil injuste en accueillant d'abord un musée d'artisanat local. A l'heure actuelle, la beauté du lieu sert de faire-valoir aux diverses expositions qui s'y succèdent.

La chapelle Saint-Jean