Pont de Colagne   Eglise Saint-Romain   Chapelle Saint-Jean   Dolmen de la Fare   Retour à places, sites et monuments
La technique des fresques : une peinture sur du mortier frais
Le principe de la fresque est simple : pour peindre, il faut un support et pour la fresque, on peint directement sur le mortier frais. L'origine n'est pas connue, mais voici une hypothèse : un jour, on a du peindre les murs avant de démonter les échafaudages, donc sur un ciment frais et on s'est aperçu que cette peinture était plus résistante qu'une autre.Mais les premiers fresquistes, ce sont les hommes de la Préhistoire. C'est le dépot de calcique qui, en se déposant sur les peintures, les a protégées et sert aussi à les identifier.

Le mortier joue de la même façon : entre l'eau, le sable et la chaux, des combinaisons chimiques agissent de telle manière que les peintures vont se couvrir d'une couche protectrice. Le mot fresque vient du fait que la peinture était réalisée “a fresco”, c'est-à-dire sur du frais.

Une description complète des fresques de la Chapelle du Collège du Sacré-Coeur, Quartier du Rieu, à Chirac, est à votre disposition sur le livret établi par :
Georges UNAL, Boulevard Paul Ramadier, 12000 Rodez.
La description imagée en couleur s'appuyant sur ce même livret sera disponible sur un diaporama visible en Mairie de Chirac (photos de Wilfrid ROUX et René HUGUET).
L'auteur de ces fresques se nomme Nicolaï GRESCHNY :
(2 septembre 1912 - 24 avril 1985). Greschny est le nom d'un moine-peintre, nom choisi par sa famille pour mieux se dissimiler au moment de la persécution des "Vieux Croyants" en Estonie. Ses ancètres sont d'origine normande et forment toute une lignée d'icônographes depuis le XVIe siècle.
Une Association s'est créée, “Les Amis de Nicolaï Greschny”
La Maurinié, 81430 MARSAL
Les fresques du Sacré-Cœur